Logo Cinéma Bel Air
Abonnement à la newsletter

  • slide
  • First cow

    Sortie nationale / Une histoire d'amitié dans l'Ouest américain par Kelly Reichardt


    Voir la fiche
    First cow
  • Le peuple loup

    Sortie nationale / Une belle histoire d'amitié entre une fillette et une enfant-loup.


    Voir la fiche
    Le peuple loup
  • Julie (en 12 chapitres)

    Portrait d'une trentenaire par Joachim Trier avec la solaire Renate Reinsve


    Voir la fiche
    Julie (en 12 chapitres)

  • slide
  • Debout les femmes !

    Le travail des femmes défendu par Gilles Perret et François Ruffin


    Voir la fiche
    Debout les femmes !

  • slide

  • slide

Chronique

« Faut comprendre ! On vous explique bien trop de choses !
Voilà le malheur ! Cherchez donc à comprendre ! Faites un effort ! »
Louis-Ferdinand Céline


Et demain(s)...
C'est reparti, avions-nous dit. C'est reparti et nous aussi... Et nous repartirons encore et encore à la recherche du temps et de l’écho de nos pas perdus, nous retrouverons et la musique et les images fossiles des armées de nous.
Et nous gravirons des sommets, nous irons là où l'air est plus rare, là où l'air est plus pur, en quête de souffle, nous irons aux nues saluer les dieux et dirons à la multitude ce que nous aurons vu, nous reparlerons des langues inconnues.
Et nous redirons des mots, nous redirons des noms que nous pensions oubliés, que nous pensions étrangers désormais, nous soufflerons de ces mots, de ces noms la poussière déposée et, sortilège, ils diront, ils nous diront des choses de nous et nous retrouveront la trace ancienne de qui nous fûmes.
Et nous vivrons et nous revivrons des vies insensées, les nôtres et celles des autres, nous irons nus au vu et au su, ainsi que des vitraux que la lumière transperce, nous errerons et ne nous cacherons plus.
Et nous emprunterons, humeur vagabonde, les chemins de traverse, ces chemins qui nous traversent et nous renversent et qui nous font tanguer et chanter et danser et aimer peut-être les contre-allées et nous habiterons le monde, oui, nous habiterons le monde.
Et nous plongerons à nouveau, encore, profond dans un bain de larmes (de sang ou de foutre mais, au fond, à bien y regarder, il n'y a guère de différence) et nous serons poissons, poisson lune ou poisson chat, et nous nagerons libres, comme avant, entre les eaux.
Et nous ne pourrons plus dire que nous ne savions pas puisque nous saurons, puisque nous aurons vu de nos yeux vus ce qui devait l’être, nous y étions et nous saurons.
Et nous verrons encore les jours qui vont leur chemin, le jour qui va, s’en va et nous avec et la nuit aussi qui viendra et sa lumière et ses étoiles pas encore éteintes et les lueurs de la guerre au loin, les tourments, nous serons témoins de tout cela et plus encore et comme certains qui, pour finir, prennent des trains qui partent, nous irons, pour commencer, au cinéma voir des films.
 

M.

Cliquez sur l"image

Cliquez sur l'image

Prochainement