Logo Cinéma Bel Air
Inscription à la newsletter hebdomadaire
  • I'm your man

    Sortie nationale mercredi


    Voir la fiche
    I'm your man
  • El buen patron

    Sortie nationale mercredi


    Voir la fiche
    El buen patron
  • Directed by William Wyler

    2022 Année William Wyler / Séance présentée par Catherine Wyler jeudi à 16h30


    Voir la fiche
    Directed by William Wyler

Chronique

Merry-Go-Round / Roundabout.

Oui, et maintenant, que vais-je faire ? La grande question, à laquelle chacun se trouve à un moment ou un autre confronté. Oui, et maintenant que vais-je faire ? Bien que doté d’un caractère bien trempé, Alsacien et Mulhousien donc, Willy pouvait se révéler sujet au questionnement. Willy interrogeait William qui interrogeait Willy etc..., comme tout un chacun s’est interrogé quand il s’est retrouvé à un rond-point de son existence.

C’est bien un rond-point, c’est beau, c’est laid, ça décore. On roule, on roule et soudain : un rond-point ! Qui surgit hors de la nuit. Qui irrupte en plein jour. Sorti de nulle part. Un diable de sa boite. Pandore. Contrariant des fois, menaçant à l’occasion, hospitalier rarement (en même temps nul n’est supposer y séjourner). Comme un mystère qu’on ne voit pas toujours venir. Un grand moment, le rond-point (dont il se dit que les voies sont impénétrables...). Pour certains on sait comment on s’y retrouve, on ne sait jamais quand, comment et dans quel état on en sort. Si on s’en sort. Si on en réchappe. Une métaphore de   la vie (dont on finit, en revanche, par sortir, bon gré mal gré). Un lointain cousin du Monolithe.

C’est intéressant un rond-point. Ça distribue, ça ventile, ça oriente en   même temps que ça désoriente. Ça peut même donner le vertige. A certains, tourner en rond convient, c’est plus simple, plus facile, plus confortable. Quand on aime le tournis. Tournez manège, alors. Et allons bien dans le sens de la marche, du courant (rappelons toutefois  qu’il n’y a guère que les poissons morts pour nager dans le sens du courant...). Bref. Un rond-point donc, ça autorise le voyage, même si on peut déplorer la relative variété du paysage. Imaginons un poisson rouge dans un bocal. Sans mémoire. A décider de ne pas (se) décider. Des fois, ça rassure. Des fois.

C’est utile un rond-point. A la condition d’en sortir. A la condition qu’il y ait une sortie. La possibilité d’une autre direction. Ponant, Levant, Septentrion, Midi. Et les degrés entre. Ça pourrait en faire des hypothèses, ça pourrait en faire des options, ça pourrait en faire des spectres élargis de possibilités possibilisantes...

Voilà donc William en ce début des années quarante tout à son introspection. 20 ans d’Amérique. 20 ans de cinéma. Plus d’une vingtaine de films à son actif. A 40 ans, qu’avait-il encore à prouver ? Et à qui ? Il avait la reconnaissance, fame and fortune and everything that goes with it. Qu’espérer de plus ? Les hauteurs des cimes ? Quelles cimes ?

Et maintenant que vais-je faire ? demandait Willy à William. Allez droit devant ? répondait William à Willy. Emprunter des chemins de traverses ? se disaient-ils. Délaisser les grands axes ? Prendre la contre-allée ? A quelle boussole se fier ? Naviguer aux étoiles (stars, en anglais) ?

Bon, maintenant il faut reconnaitre que le rond-point est une affaire   très française. Au propre comme au figuré. L’Amérique, son esprit et ses grands espaces s’accommodent mal des obstacles, écueils et autres contrariétés. Or, William était devenu Américain.

M.

.

.

.

Prochainement