Logo Cinéma Bel Air
Abonnement à la newsletter
  • La pub au pays des merveilles

    L’impact de la publicité dans nos vies et notre espace public en débat avec l’association Résistance à l’agression publicitaire vendredi à 20h


    Voir la fiche
    La pub au pays des merveilles
  • La Llorona

    Sortie nationale / Un ancien dictateur est hanté par une Dame blanche, symbole du peuple maya qu'il a jadis exterminé.


    Voir la fiche
    La Llorona
  • Séjour dans les Monts Fuchun

    Le premier film magistral d'un jeune prodige chinois.


    Voir la fiche
    Séjour dans les Monts Fuchun
  • Les enfants du temps

    Animé japonais de Makoto Shintai, le réalisateur de Your name. Au Bel Air et  en salle Ciné K Kinepolis, en VF et en VOST.


    Voir la fiche
    Les enfants du temps
  • Un vrai bonhomme

    Un premier film sur l'adolescence.


    Voir la fiche
    Un vrai bonhomme
  • Qu'un sang impur ....

    Sortie nationale / Premier film d'Abdel Raouf Dafri sur la guerre d'Algérie, hommage au peuple algérien et aux appelés.


    Voir la fiche
    Qu'un sang impur ....
  • Le photographe

    Sortie nationale / Romance indienne par le réalisateur de Lunchbox à voir en salle Ciné K du Kinepolis cette semaine.


    Voir la fiche
    Le photographe
  • Gaudi, le mystère de la Sagrada Familia

    Les Vagamondes / Documentaire sur la célèbre cathédrale de Barcelone samedi à 18h.


    Voir la fiche
    Gaudi, le mystère de la Sagrada Familia

Chronique

« J’ai demandé souvent à des vins captieux
D’endormir pour un jour la terreur qui me mine ;
Le vin rend l’œil plus clair et l’oreille plus fine ! »

Charles Baudelaire (in La fontaine de sang)

« Même les yeux grands ouverts, je n’y vois rien… »
Takeshi Kitano (in Zatoîchi)


2020.
On cherchera paresseusement une rime plus ou moins riche (et par voie de conséquence une hypothétique raison) à 2020. Sans effort on trouvera vingt, vin et vain. L’un niaise quand le pénultième enivre et le dernier saoule. Chacun fera,  comme bon lui semblera, son choix. Le facile, l’ivresse ou le vide. En poussant à peine,  on tombera sur divin, devin ou bovin. Pour les deux premiers il s’agira de s’élever, se projeter, se mettre dans un mouvement en abscisse ou en ordonnée, pour le dernier on pensera avec vertige à Baudelaire et l’énorme bêtise, la Bêtise au front de taureau. Chacun affublera donc 2020 de la rime qui lui conviendra pour y donner une raison d’en entreprendre les jours et l’employer à en faire quelque chose, un quelque chose qui vaille la peine et qui méritera, le moment venu, d’en retenir quelque écho. Le temps nous est compté.

M.

Prochainement