icone Programmation du 22 novembre au 19 décembre

Chronique

« Il y a dans cet étrange chaos que nous appelons la vie certaines circonstances, certains moments absurdes où nous prenons l’univers entier pour une immense et grossière plaisanterie, même si nous n’arrivons pas à percevoir clairement en quoi consiste sa grâce et si nous soupçonnons que c’est nous qui sommes victimes de la farce… »
Herman Melville / Moby Dick

Chasseur de prisme(s)
C’est l’automne (« jus de pomme, grappe jaune, tes ivresses, tes tendresses me manquent déjà… »)… La saison bénie de la chasse, le bon temps des battus, le moment propice à tirer des coups et boire des canons.  Vice-versa et réciproquement. Lâchons les bêtes, lâchons les chiens, libérons la meute et sus aux empoilés qui cavalent, aux emplumés  qui volaillent et aux encornés qui cornaillent. Sonnons l’hallali ! Taïaut ! Taïaut ! Pan ! Pan ! Pan ! Chassons, chassons à courre, à tue et à toi, chassons le lièvre («  La course du lièvre à travers les champs » de René Clément avec un Trintignant déjà inquiet, vous l’avez vu ?) et le loup dans les bois, le daim aussi (jusqu’au bout de ce que chacun sait) et le dahut et les joies sauvages et le Chaperon Rouge et la Baleine Blanche. Haro ! Chassons le jour, chassons la nuit (comme Robert Mitchum), chassons les images, les plumages, les ramages, les mauvaises augures. Chassons ce maudit M. En compagnie du Comte Zaroff. Ah l’odeur du sanglier, du sang frais et du faisan au petit matin…   Chassons, chassons sans oublier toutefois que « qui va à la chasse… ». Toutefois veillons, comme tout bon amateur de western qui se respecte, à ne pas occulter la figure du chasseur de prismes, errant dans les rais, les rets de lumière(s).

Pour mémoire, en optique, un prisme est un dispositif destiné précisément à réfracter, dévier, refléter, décomposer, disperser ou polariser un rayonnement lumineux.

Alors, nous y voilà rendus : n’est-ce pas cela le cinéma, une recherche d’un éclairage autre sinon de lumière et de couleurs. Et les films (comme le théâtre de Rostand, les livres de Murakami ou des chansons de Murat) comme des prismes ou des filtres ou des loupes ou des télescopes ou des binocles ou des longues-vues ou, on y arrive, des yeux.Qui réfractent, dévient, reflètent, décomposent, dispersent ou polarisent un rayonnement lumineux. N’est-ce pas cela, au fond, qui nous habite (de cheval), l’aspiration à un peu de lumière(s) ? Une existence de chasseur de prismes ?
Et quand le rayonnement lumineux les yeux ouverts ne suffit pas ou plus, il reste encore celui les yeux fermés. Les rêves. Qui restent les lieux de tous les possibles. Des Thelma, des corps et des âmes, des cerfs sacrés. Donnons-nous-y donc rendez-vous.
                                                                                                                                                                                          M.

PS : à propos de chasse, de quête et de poursuite, notre travail autour de notre projet d’extension du Cinéma Bel-Air se poursuit… Piano ma sano.

L'actualité

  • projection & rencontre

    Food Coop de Tom Boothe

    + rencontre avec Le Panier de Mehlala (épicerie participative)

    Entrée libre dans la limite des places disponibles

    le lundi 27 novembre à 20h
  • projection & rencontre

    De sas en sas de Rachida Brakni

    + rencontre avec le Dr Vogt, médecin à la Maison d'Arrêt de Mulhouse, et René Tschaen, membre de Caritas, intervenant à la Centrale d'Ensisheim, et l'association des Visiteurs de Prison,

    le mardi 28 novembre à 20h
  • projection & rencontre

    Octobre de Serguei Eisenstein

    + rencontre avec Joseph Siméoni, professeur d'histoire et Monique Korobaef, experte en histoire de l'Union Soviétique, en partenariat avec le PCF

    le jeudi 30 novembre à 20h
  • soyons d'attac !

    L'assemblée de Mariana Otéro

    + rencontre avec ATTAC et La Ligue des Droites de l'Homme

    le vendredi 8 décembre à 20h

Prochainement

Rejoignez nous

Cinéma Bel Air - Mentions légales - Site réalisé par Tack Tack