icone Programmation du 22 mars au 4 avril

Chronique

- Alors, comme ça, Tata Fifi a une baguette magique ?!

- Oui, c’est vrai.

-  Ah bon… Tu en es sûr ?

- Si, si, c’est vrai : elle a une baguette magique !

- Bon. Et comment tu le sais ?

-  Elle me l’a montrée !

- D’accord. Et comment tu sais qu’elle est magique, la baguette à Tata Fifi ?

- Ben, elle a retrouvé mon épée dorée !

 

« Tenter, braver, persister, persévérer, s'être fidèle à soi-même, prendre corps à corps le destin, étonner la catastrophe par le peu de peur qu'elle nous fait, tantôt affronter la puissance injuste, tantôt insulter la victoire ivre, tenir bon, tenir tête ; voilà l'exemple dont les peuples ont besoin, et la lumière qui les électrise. »  (Victor Hugo / Les Misérables)

Petit, petit, petit. 

C’est drôle ce sentiment que la Terre s’est rétrécie en quelques décennies. Petits, elle nous était immense, sans limites, sans frontières, toute de mystères. « Go West » chantaient gaillardement les Village People, repris plus tard par les Pet Shop Boys soutenus par les Chœurs virils de l’Armée Rouge. Avant eux, cette invitation animait les pionniers du temps où l’Amérique c’était encore le Pérou. El Dorado.  Explorer sans fin les confins. L’exotisme était exotique. Plein de couleurs (qui ne rimaient pas encore avec peur(s)). Tout était loin. Un kilomètre comptait plusieurs années-lumière. Nous ne manquions pas d'air. Voyager avait un sens. Rien qu’aller au cinéma, une expédition.

C’est drôle ce sentiment que la Terre s’est rétrécie en quelques décennies. De bleue comme une orange, elle est devenue grise, étroite, comme une humeur. Délavée. Flétrie. Rabougrie. Ici et là, moisie. Ce n’est pas l’Amérique qu’il conviendrait de make great again mais toute la planète et avec, quelques espoirs et quelques rêves. Repousser les limites du bocal, et de l’écran la diagonale. Pris des lanternes pour des messies, abdiquant encore un peu d’innocence. Vu nos tours intimes s’éroder, s’effriter, s’effondrer.    

Alors, faute d’agrandir la Terre, comment s’élargir les horizons, rendre aux cieux leur éclat et aux étoiles leur lustre sinon en empêchant le rideau sur l’écran de tomber ? Et, au contraire, d’en proposer d’autres, des écrans, qui montrent plus qu’ils ne masquent, des invitations aux voyages, comme autant de fenêtres supplémentaires ouvertes sur un monde, des mondes,  au final, pas aussi petits que ça                                                                                                   M.

PS : après la Marche de Radestky la Longue Marche, la Marche de l’Empereur, et bien d’autres, le Cinéma Bel-Air poursuit sa marche à lui vers de nouveaux horizons, de nouvelles salles. Il s’emploie avec zèle, courage et persévérance à travailler son projet, chercher des réponses à ses questions, des solutions aux problèmes aussi, à explorer des pistes, rencontrer des gens, solliciter des appuis, en obtenir, de principe d’abord en attendant leur monétisation. Comme le disaient nos ainés (aujourd’hui aux commandes de tout) : ce n’est qu’un début, continuons le combat… Suite(s) au(x) prochain(s) épisode(s).

L'actualité

  • projection & rencontre

    SKYSTHELIMIT.jpgSky is the limit de Jérôme Thomas

    + rencontre avec Jérôme Thomas, réalisateur, en partenariat avec Epistrophe

    le jeudi 30 mars à 20h
  • projection & débat

    la sociale.jpgLa sociale de Gilles Perret

    + rencontre avec le Parti Communiqte Français

    le vendredi 31 mars à 20h
  • festival du film palestinien

    Le Festival du Film Palestinien de Strasbourg se délocalise à Mulhouse le temps de 4 soirées-rencontres :

    Les yeux d'un voleur le 5 avril
    Coffee for all nations le 6 avril
    3000 nuits le 7 avril
    Moi je suis avec la mariée le 8 avril

    du 4 au 8 avril
  • Ciné-ma différence

    lldlj.jpgLe livre de la jungle de Jon Favreau (VFSTF)

    Séance suivie d'un goûter offert par Pat'à sel, Les Papillons Blancs et le Cinéma Bel Air

    le dimanche 9 avril à 14h15

Prochainement

Rejoignez nous

Cinéma Bel Air - Mentions légales - Site réalisé par Tack Tack