Collège au Cinéma

 

Dispositif national d’éducation à l’image

Créé en 1989, Collège au cinéma s’adresse aux élèves de collèges.

Il est soutenu par les Conseils Généraux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC, CNC), le Ministère de l’Education Nationale.

Le RECIT (Réseau Est Cinéma Images Transmission, ex-Alsace Cinémas)  met en œuvre et coordonne Collège au cinéma en partenariat avec l’Académie de Strasbourg et l’Inspection Académique pour le département du Haut-Rhin.

Le dispositif est décliné depuis l’année scolaire 2003/2004 pour le département du Haut-Rhin et 2007/2008 pour le département du Bas-Rhin.

Objectifs

  • Amener les collégiens à une pratique culturelle du cinéma
  • Développer leur regard critique face à l’image
  • Acquérir et enrichir une culture cinématographique

 

 

 

Programmation

Afin de s’adapter aux acquis de chaque élève et son rapport à l’image, la programmation est scindée en deux niveaux : 6e/5e et 4e/3e.

Le choix des films se veut représentatif de la diversité des œuvres, des formats, des genres, des thèmes qu’offre le 7ème art. La programmation est généralement composée d’un film de patrimoine, d’un film français et d’un film étranger choisis parmi une liste d’œuvres de qualité soumise par le CNC. 

1er trimestre : Phantom Boy et Le gamin au Vélo

- 2ème trimestre : Billy Elliot et La pirogue

- 3ème trimestre : L'extravagant Mr Ruggles et L'aventure de Mme Muir

 
 
Collège au Cinéma

De Leo McCarey Avec Leota Lorraine, Charles Laughton, Mary Boland
Comédie Romantique - Etats-Unis - 1932 - VOST -

L'extravagant Mr Ruggles

Comme son père avant lui, Marmaduke Ruggles «appartient» au duc de Burnstead, dont il est le domestique fidèle et stylé. Un jour, il apprend avec stupeur que son maître l'a perdu au poker. Sa surprise se change en consternation quand il découvre que son nouvel employeur, Egbert Froud, est un citoyen américain. Le voilà contraint de suivre Froud aux Etats-Unis, jusqu'à Red Gap, dans l'Etat de Washington. Sur place, il constate peu à peu que ses nouveaux maîtres sont en réalité de récents parvenus. De plus, madame Froud, la maîtresse de maison, espère que Ruggles pourra faire de son époux un parfait gentleman...

Collège au Cinéma

De Joseph L. Mankiewicz avec Gene Tierney, Rex Harrison, George Sanders
Fantastique Romantique Drame - Etats-Unis - 1947 - VOST - 1h44

L'aventure de Madame Muir

Faisant fi de l'opinion de sa belle-famille, Lucy Muir décide, peu après la mort de son époux, d'aller s'installer sur la côte anglaise. Elle découvre un cottage isolé et l'achète, sans se soucier de sa réputation de maison hantée. La jeune femme ne tarde pas à recevoir la visite de l'ancien propriétaire, un fantôme, le capitaine Daniel Gregg, un vieux loup de mer bourru et maladroit, dont elle occupe l'ancienne chambre à coucher. Le capitaine s'est mis en tête de chasser Lucy de ce qu'il considère encore comme sa maison. Lucy s'obstine et résiste. Petit à petit, une étrange complicité naît entre le marin et la jeune veuve. Peu après, Lucy tombe sous le charme de Miles Fairley, un séducteur que le capitaine perce à jour aisément...

3ème trimestre - 4èmes/3èmes

Un chef-d'œuvre bouleversant sur la désillusion et la fuite du temps. L'histoire du cinéma hollywoodien est parsemée de rêveries et de récits d'amour teintés de fantastique, de Peter Ibbetson d'Henry Hathaway à Edward aux mains d'argent de Tim Burton, en passant par le Portrait de Jennie de William Dieterle. Mais L'Aventure de Madame Muir reste en ce domaine onirique et précieux un must indépassable. Mankiewicz, peintre de la femme, dresse le portrait d'une jeune veuve indépendante et moderne qui, dans l'Angleterre du début du siècle, décide d'aller vivre seule avec sa petite fille et sa domestique dans une maison au bord de la mer. La demeure est hantée par le fantôme du capitaine Glegg, mais la perspective de partager son toit avec un spectre excite davantage Madame Muir qu'elle ne l'épouvante. Le fantôme du marin bourru et séduisant devient le confident de la jeune femme, et une relation amicale s'installe entre eux, à peine voilée par leur différence de condition (l'une vit, l'autre pas). Hélas, Madame Muir se laisse prendre par les sirènes du réel et tombe dans le piège d'un coureur de jupons (le toujours délectable George Sanders). Jaloux et déçu, le fantôme préfère s'éclipser et effacer son souvenir de la mémoire de celle qu'il aime. Il faudra attendre une vie entière et la venue de la mort pour que les amoureux se retrouvent enfin. Et le spectateur, à chaque nouvelle vision, de retenir ses larmes. Mankiewicz, scénariste de renom avant de passer à la réalisation, préféra pour ses premiers films se concentrer sur le travail de la mise en scène, et filmer les scénarios des autres. On sait pourtant que ce cinéaste de la parole procéda à la réécriture de nombreux dialogues, qui portent la signature de son humour ironique et de son immense culture. L'Aventure de Madame Muir n'est que son quatrième long métrage. Pour un cinéaste censé faire ses gammes, le résultat évoque pourtant l'idée de chef-d'œuvre parfait, tant par la beauté visuelle que par les thèmes abordés (la fuite du temps, la solitude, la désillusion, les chimères du rêve mais aussi de la réalité). Le cinéaste sublime la photogénie de Gene Tierney et trouve en Rex Harrison le complice idéal avec qui partager le plaisir du verbe, tandis que la splendide partition de Bernard Herrmann parvient à elle seule à créer une atmosphère fantastique et mélancolique. On est même en droit de préférer ce film à la suite de l'œuvre du cinéaste, certes plus personnelle, décidée et écrite par lui, mais dont la brillance et l'intelligence laissent souvent moins de place à l'émotion et au romantisme. Les Inrockuptibles

Prochainement