Logo Cinéma Bel Air
Abonnement à la newsletter
Rencontre

De Elizabeth Castle, Christina King avec Madonna Thunderhawk, Marcella Gilbert
Documentaire - Etats-Unis - 2018 - VOST - 1h07

Warrior Women

De l’occupation de la prison d’Alcatraz en 1969 au combat contre le pipe-line de Standing Rock en 2016, Warrior Women raconte la vie de Madonna Thunder Hawk, l’une des fondatrices de l’American Indian Movement. 50 ans de combats pour les droits des autochtones et pour la Terre menés par des femmes puissantes, courageuses et rebelles. Warrior Women explore la conjugaison singulière entre activisme politique et le fait d’être mère, et montre comment l’héritage militant se transmet et se transforme de génération en génération dans un contexte agressif, ou le gouvernement colonial réprime violemment la résistance autochtone. Les peuples autochtones, premiers gardiens de la terre qu’il devient urgent d’écouter

Rencontre le samedi 14 décembre à 20h30 avec Colette Riehl, ethnologue

Ce documentaire engagé rend hommage aux guerrières de la cause amérindienne. Et à l’égérie qui permit à leur culture de survivre. « En pays indien, les gens disent : quand vous voulez de belles paroles, invitez les hommes. Mais si vous voulez que quelque chose se passe, allez chercher les femmes. » Elles-mêmes issues de familles amérindiennes, les réalisatrices Christina D. King et Elizabeth A. Castle font entendre ces mots au début de Warrior Women, un documentaire qu’elles consacrent à une femme puissante. Née en 1940 dans une réserve sioux des États-Unis, elle porte un nom beau comme un coup de tonnerre : Madonna Thunder Hawk n’a jamais cessé de se battre pour son peuple. Parce que la terre de son enfance fut sacrifiée, engloutie après la construction d’un barrage, elle a voulu ensemencer la vie, transmettre aux plus jeunes la culture indienne, à laquelle les enfants de sa génération étaient arrachés, envoyés de force dans des pensionnats et rééduqués par des Blancs. En créant la « survival school » We Will Remember, Madonna Thunder Hawk a apporté un enseignement qui a permis à l’identité des siens de survivre. Son histoire croise les grands moments d’une lutte politique marquée par la création de l’American Indian Movement, en 1968, et l’affirmation du Red Power, dans le sillage du Black Power. Aujourd’hui, le combat des « Peaux-Rouges » rejoint les préoccupations écologiques de toute une partie de l’Amérique, comme l’a montré la mobilisation contre l’oléoduc de Standing Rock, en 2016. Et le savoir des Indiens, sur l’importance de l’eau ou le rôle de certaines plantes, pourrait servir dans une survival school globalisée. Ce film qui tombe à pic rassemble une histoire passionnante en une durée trop modeste (à peine plus d’une heure). Mais, pour toutes les guerrières de la cause indienne, Warrior Women représente une reconnaissance à laquelle, en dépit de leur force, elles n’avaient jamais accédé. Télérama

Prochainement