Logo Cinéma Bel Air
Abonnement à la newsletter

De Julia Ducournau avec Vincent Lindon, Agathe Rousselle, Garance Marillier, Laïs Salameh, Mara Cissé
Thriller Drame - France/ Belgique - 2021 - VF - 1h48

Titane

Après une série de crimes inexpliqués, un père retrouve son fils disparu depuis 10 ans. Titane : Métal hautement résistant à la chaleur et à la corrosion, donnant des alliages très durs.

Palme d'Or Cannes 2021

Interdit aux moins de 16 ans

Cinq ans après Grave, la cinéaste française recrée un univers mutant ultraviolent et glaçant. Mise en scène virtuose ou esbroufe indigeste ? Elle n’aime pas les humains, les tue mécaniquement telle une Terminator blonde et tatouée, et ne frissonne que contre, tout contre, la carrosserie froide des voitu­res. Il se consume de chagrin tant il a besoin de donner son amour à un prolongement de lui-même. Rencontre entre deux désaxés qui pourrait bien engendrer une nouvelle humanité… Il y a cinq ans, Julia Ducournau s’imposait, d’emblée, avec Grave, son premier long métrage, où elle malaxait tranquillement les attendus du genre horrifi­que. Titane, lui, les réduit en cendres, dépassant toutes les bornes, pour une expérience où les codes et stéréotypes explosent les uns contre les autres. Une petite fille très spéciale survit à un accident de la route grâce à un ajout métallique dans son organisme. Devenue jeune femme (Agathe Rousselle), elle danse dans un salon d’automobiles. Mais un jour, après une tuerie (scène virtuose et comique), elle se métamorphose pour échapper à la police, et se réfugie dans une caserne de pompiers où un homme seul a désespérément besoin de la prendre pour quelqu’un d’autre… L’exercice de style glaçant mute alors, à son tour, grâce à un corps d’acteur réinventé : Vincent Lindon danse, ivre, comme on espère un futur. Les fesses nues en gros plan, il se pique aux stéroïdes pour rester puissant, ne pas se dissoudre dans le noir, alors qu’une drôle de vie pousse dans le ventre d’Alexia. Chaque séquence — plusieurs réclament d’avoir le cœur bien accroché — hurle sa foi dans la puissance de la mise en scène, avec une cinéaste qui ose se poser en nouveau démiurge, capable de faire fusionner des matières contraires, métal, cambouis, flammes et larmes. Avec son « couple » de Titans au genre neuf et non identifié, Julia Ducournau accouche d’un film sur le pouvoir, violemment transformiste, de l’amour. Télérama

Prochainement