Logo Cinéma Bel Air
Abonnement à la newsletter
Séance à la demande pour les scolaires

De ZHENG Yawen, DE BEUL Steven, TESSEUR Ben, COUTO Juan, NUNEZ Marisa, OCKER Julia, KIM Hanna, BIANCO-LEVRIN Nicolas, REMBAUVILLE Julie
Animation Court-Métrage - Belgique/Espagne/France/Allemagne/États-Unis - 2017-2019 - VF - 40min

Les Petits contes de la nuit

Une histoire, un câlin, un bon lit, il en faut peu pour bien dormir ! Six contes-doudous pour aborder avec les tout-petits l'univers du sommeil et de la nuit.

Six courts métrages en papier découpé pour illustrer joliment la beauté de la nuit. Beauté de la nuit, en six courts métrages. Réalisé en papier découpé, La Promenade de Monsieur Papier (Ben Tesseur et Steven De Beul, 2017) est une jolie métaphore du cinéma d’animation : un bonhomme y donne naissance à un chien, avec des ciseaux et du papier journal. Élaborée en pâte à modeler, image par image, l’héroïne de La Tortue qui voulait dormir (Pascual Pérez Porcar, 2008) cherche, elle, à entrer en hibernation. Mais la plus belle réussite du programme s’appelle Conte d’une graine (Yawen Zheng, 2017). Inspiré d’une histoire chinoise, le récit tire sa douceur de séquences oniriques, notamment lorsqu’un petit garçon visite l’estomac sombre d’un dragon. Les autres films, autour de trois minutes, sont aussi resserrés qu’une chanson pop. Petite étincelle (Nicolas Bianco-Levrin et Julie Rembauville, 2019) séduit avec ses animaux animés sur des photographies. La concision fait surtout merveille dans Le Raton laveur et la lampe de poche (Hanna Kim, 2018) et Le Poisson-veilleuse (Julia Ocker, 2018). Le premier met en scène un mammifère qui apprivoise une torche électrique, le second, un bébé baudroie des abysses avec sa « lanterne » sur la tête, qui a peur du noir. Et les deux savent manier la poésie des ombres chinoises. Télérama

Prochainement