Logo Cinéma Bel Air
Inscription à la newsletter hebdomadaire
Ida Lupino en 6 films

De Ida Lupino avec Edmond O'Brien, Frank Lovejoy, William Talman, José Torvay, Sam Hayes
Policier Drame - Etats-Unis - 1953 - VOST - 1h11

Le Voyage de la peur

Deux amis qui se rendent à une partie de chasse prennent en stop un dangereux psychopathe. Cet homme, un tueur en série, fait d'eux ses otages et les oblige à franchir la frontière du Mexique pour échapper aux forces de l'ordre...

En partenariat avec l'ADRC

En 1953, l’actrice Ida Lupino, après s’être lancée dans la production, avait déjà coréalisé Avant de t’aimer (Not Wanted) et avait mis en scène trois autres films, qui relataient tous le parcours d’une femme dans la détresse. Ici, empruntait une autre voie, pour réaliser un film noir dans la plus pure tradition. Outre le fait que ce soit le premier long métrage policier américain signé par une femme, il a aussi la particularité de n’être interprété que par des hommes. Les deux amis du scénatio, qui pensaient se donner du bon temps, vont être confrontés à un tueur sans scrupules. C’est bien lui : dès le premier gros plan sur son visage où l’on distingue une paupière fixe, on comprend qu’il correspond bien au signalement diffusé. On sait aussi qu’il est très dangereux puisqu’il est armé et n’a pas hésité à supprimer plusieurs automobilistes pour quelques dollars. Dans ce contexte tendu, on va suivre le long périple du trio, dans le désert qui va les mener jusqu’au Mexique où le tueur pense échapper à la police. Bien que répondant aux codes du genre, on retrouve bien la patte de la cinéaste, qui suit comme lors de ses précédentes productions, le parcours de personnages en déshérence, qui avancent sans but réel. Pour cause, rien de bon ne pourra en sortir : les deux pêcheurs, s’ils réussissent à être épargnés, se feront pincer par leurs épouses qui apprendront le vrai but de leur escapade. Le tueur, quant à lui, qui court immanquablement à sa perte, se plaît à terroriser sadiquement les deux hommes qu’il est persuadé de tuer avant de fuir. La fin, faux happy end, est d’une étonnante amertume, en révélant la violence insoupçonnée de l’un des protagonistes. Décidément, Ida Lupino s’avère être une cinéaste importante qui n’a pas été reconnue à sa juste valeur. En effet, elle ne réalisera malheureusement par la suite que deux autres longs métrages, tout en poursuivant sa carrière d’actrice au cinéma et à la télévision. Avoir-alire

Prochainement