Loading
Logo Cinéma Bel Air
Abonnement à la newsletter
Festival Augenblick - Jeunesse

De Wolfgang Lauenstein, Christoph Lauenstein avec Axel Prahl, Alexandra Neldel, Erik Borner
Animation Comédie - Allemagne - 2019 - VO non sous-titrée - 1h24

La Grande cavale

Marnie, une chatte naïve, qui ne connait le monde qu’à travers la télévision, est témoin des préparatifs d’un cambriolage. Chassée de sa maison par le malfaiteur, elle trouve de l’aide auprès de trois animaux extravagants, un chien de garde peureux, un âne qui rêve d’être une star de cirque et un coq zen. Accusés à tort d’être les voleurs, les quatre compères vont se lancer dans une aventure cocasse pour prouver leur innocence.

Une sympathique initiation au polar en milieu rural, où une chatte détective enquête sur une série de cambriolages. Après Léo et les Extraterrestres (2018), les frères Lauenstein signent un nouveau long métrage joliment animé en 3D : un polar ludique en milieu rural, truffé de références à Hitchcock – l’héroïne s’appelle Marnie. En dépit d’un humour un peu rustaud sur le monde paysan, le film séduit par ses personnages d’animaux attachants. L’histoire en deux mots : Dans la campagne allemande, une chatte détective et ses trois acolytes (un chien de garde peureux, un étrange zèbre, un coq adepte du yoga) enquêtent sur une série de cambriolages. Les voleurs s’introduisent dans les maisons du village, sans effraction, pour dérober des bijoux et des tableaux apparemment sans valeur… L’argument pour leur donner envie : La Grande Cavale est une sympathique initiation au polar, qui multiplie les clins d’œil aux classiques de Hitchcock : des acrobaties de cambrioleurs sur les toits, comme dans La Main au collet (1955) ; une chaise roulante en référence à la Fenêtre sur cour (1954) ; les héros dans un champ, poursuivis par un biplan, façon La Mort aux trousses (1959). Ce qu’ils vont apprendre : Ne jamais se fier aux apparences, telle pourrait être la morale du film. Le personnage le plus élégant, le plus intelligent, le plus cultivé y est aussi le plus retors. Le moment qu’ils vont vraiment aimer : Au début de l’histoire, sa propriétaire interdit à Marnie de sortir de la maison. Gavée de gâteaux et de séries policières, elle transforme son domicile en terrain d’investigations, équipée d’un périscope et accompagnée par deux peluches inanimées en guise d’adjoints. Merveilleuse ode à l’imagination. Télérama

Prochainement