Logo Cinéma Bel Air
Abonnement à la newsletter
Festival Les petites bobines

De Anca Damian avec Lizzie Brocheré, Bruno Salomone, Thierry Hancisse, Nathalie Boutefeu, Shirelle Mai-Yvart, Maïra Schmitt, Georges Claisse, Etienne Guillou-Kervern, Annie Mercier, Isabelle Vitari
Animation - Roumanie/France/Belgique - 2019 - 1h31

L'Extraordinaire Voyage de Marona

Victime d'un accident, une chienne se remémore ses différents maîtres qu'elle a aimés tout au long de sa vie. Par son empathie sans faille, sa vie devient une leçon d'amour.

A voir également le mercredi 19 février à 14h30 au Cinéma Gérard Philipe de Wittenheim

A voir également le dimanche 23 février à 10h30 au Cinéma Palace d'Altkirch

Peinture, papiers découpés, 3D… La vie d’une petite chienne, contée avec une belle richesse de techniques. Un hymne poétique au bonheur. Tout commence par la fin. Elle est couchée sur le flanc, au milieu de la chaussée. Une tache noire et blanche, dont la vie s’éparpille. Marona, petite chienne aux oreilles gracieuses, déployées comme des ailes, vient d’être percutée par une voiture. Son esprit s’échappe, remonte le fil du temps… Le voyage très humain d’un humble chiot bâtard — papa dogue argentin, maman « métissée » de douceur. D’un foyer à l’autre, en passant par la rue, de joies partagées en sentiments d’abandon, l’animal grandit, rêve, aime, souffre, et la réalisatrice roumaine Anca Damian déploie une fresque d’images somptueuses, avec le concours inspiré du dessinateur belge Brecht Evens. L’histoire d’une quête d’amour vibrante, où chaque plan explose de couleurs et d’inventions graphiques. 2D, 3D, papier découpé, peinture, crayons : toutes les matières se mêlent pour composer une merveille d’animation, où le mouvement crée l’idée visuelle et non l’inverse. Manole l’acrobate, premier maître de la chienne, est par exemple un bon géant jaune et rouge, vêtu d’étranges et longs filaments qui dansent au gré de ses humeurs. Des maîtres, Marona en aura plusieurs, qu’elle préfère appeler ses « humains ». Chacun lui donnera un nom, des émotions et une poésie différents. Chaque épisode est touchant, à la fois débordant d’onirisme et profondément sincère. Ce film offre ainsi une rêverie mélancolique et vertigineuse sur les liens d’affection, la fidélité et le goût du bonheur. Et, contrairement au dessin animé précédent d’Anca Damian, un récit pour adultes au titre presque semblable (Le Voyage de M. Crulic, Cristal du long métrage au festival d’Annecy, en 2012), il s’adresse aussi aux enfants… Télérama

Prochainement