Logo Cinéma Bel Air
Abonnement à la newsletter
Sortie nationale / Rencontre

de Bruno Romy Documentaire - France - 2021 - 1h10

Ecoliers

Pendant plusieurs mois, en 2016/2017, Bruno Romy a suivi une classe de CM2 en banlieue de Caen. Sous l’autorité de leur maître, M. Franc, les 24 élèves vont se dévoiler à travers leurs réflexions, leurs questions, mais aussi leurs petites bêtises. Surtout, on n’est pas à l’abri qu’au détour de ce qui semble être une conversation banale, ils nous surprennent de pensées assez profondes, ou nous fassent éclater de rire…

Séances e-cinema sur la plateforme La 25ème heure. du 5 au 11 mai (5 €).

Rencontre avec Bruno Romy, réalisateur, et Mika, protagoniste, le mardi 11 mai à 20h (6€).

Séances traditionnelles. Séances sous-titrées pour Sourds et Malentendants (SME)

Écoliers profite d’une sortie particulière en e-cinema, et l’on serait plutôt mal avisé de la rater. Ce film, Bruno Romy l’a couvé pendant plusieurs années. Après les mois passés dans la classe, deux longues années de montages suivirent. Il faut bien cela pour condenser une année d’apprentissages, de rires, d’espoirs, donner tout son liant et sa cohérence au récit. Tout ce travail aboutit à une réussite : tendre et bienveillant, Écoliers propose de belles réflexions et de jolies rigolades. Si l’on peut regretter un choix d’habillage visuel très stéréotypé, avec les titres de parties écrits comme sur un cahier d’élève, ce n’est qu’une goutte d’eau face au plaisir de voir se développer sous nos yeux ces embryons de citoyens. Car c’est ainsi que Romy les filme : des citoyens en devenir. A cet effet, il construit son propos en trois temps. Tout d’abord, il filme la classe dans son ensemble et tente de capter la naissance d’une vie en groupe, en communauté. Ensuite, il focalise son attention sur des effectifs plus restreints et observe l’évolution des enfants dans des discussions plus resserrées, à deux ou à trois. Enfin, il isole chaque écolier et le filme seul, au sein du groupe qu’il a pris le temps de configurer auparavant. Grâce au montage astucieux, à partir de dizaines d’heures de rushes à sa disposition, Romy évite de donner la sensation qu’il a simplement posé sa caméra devant des élèves de CM2 et attendu qu’un miracle se produise. S’il arrive que les enfants offrent de très beaux moments avec naturel, on est bien face à un film savamment et patiemment construit. L’auteur, par ses choix, met joliment les réflexions des jeunes en relation, leur conférant une dimension tantôt comique, tantôt profonde, toujours profondément attendrissante. Il existe par ailleurs une volonté de ne pas véritablement détacher de protagoniste principal, bien que certains élèves marquent plus l’audience que les autres, car très identifiables par leurs frasques. Impossible d’ailleurs de ne pas se reconnaître parmi tous les profils proposés. Il est assez fort de réaliser qu’on disait bien ces choses-là à leur âge, qu’il s’agisse de bêtises ou de pensées a priori loufoques. En fin de compte, une impression de simplicité se dégage d’Écoliers, renforcée par une composition au piano de Pierre David, discrète et charmante, qui n’oublie pas l’essentiel du temps de laisser sa place aux aux écoliers. C’est ce qu’on appellera la juste mesure. Finalement, Romy apporte sa pierre à l’édifice d’un cinéma pour enfants, léger et riche de différents niveaux de lecture, qui permettent à tous les âges de se sentir impliqués. Avoir-alire

Prochainement