Loading
Logo Cinéma Bel Air
Abonnement à la newsletter
Sortie nationale

de Sébastien Betbeder avec William Lebghil, Izïa Higelin, Bastien Bouillon Comédie Dramatique - France - 2019 - 1h48

Debout sur la montagne

Stan, Hugo et Bérénice ont grandi dans les montagnes. Ils étaient inséparables. 15 ans plus tard, devenus des adultes un peu abimés par la vie, ils se retrouvent dans le village de leur enfance. Ces retrouvailles permettront-elles de renouer avec la fantaisie, l’insouciance et la joie de leurs premières années ?

Diffusion au Kinepolis, salle Ciné K, à partir du 30 octobre.

Horaires du 6 au 12 novembre ici.

C’est l’enterrement de Pierre ( Jérémie Elkaïm), qui avait un grave problème au cœur. Pour conclure sa bénédiction, le curé (inénarrable André Wilms) de ce petit village perché en Auvergne lance un... morceau de rap. De quoi faire sourire Hugo, le frère de Pierre, mais aussi Bérénice et Stan, ses amis revenus au village pour le soutenir dans cette épreuve. Ces trois-là ne se sont pas revus depuis quatorze ans, pourtant ils s’étaient juré de rester inséparables. Hugo vient de démissionner pour se consacrer à l’écriture de stand-up. Seul hic : ce jeune trentenaire manque cruellement d’humour. Stan a obtenu une « permission » de l’hôpital psychiatrique où il était soigné pour schizophrénie à tendance paranoïaque, mais son sourire désarmant prouve qu’il est incapable de faire du mal à une mouche. Bérénice, cheveux rouges et jupe très courte, prétend que tout va bien alors qu’elle n’est qu’un petit chaperon perdu. Une cohabitation dans un chalet douillet plein de souvenirs va les aider à redécouvrir à quel point l’amitié peut sauver, surtout quand elle a été scellée dans la magie de l’enfance.Bienvenue dans le petit monde à part, toujours fugueur et oxygénant, de Sébastien Betbeder (2 Automnes, 3 hivers, Le Voyage au Groenland), et dans son meilleur film à ce jour, un al-liage de fantaisie, de gravité et de virages fantastiques, paradoxalement clairs comme de l’eau de roche. On pourrait narrer la délicate histoire de ces deux garçons et de cette fille en quête d’équilibre à la manière d’un inventaire à la Prévert, car chaque détail a son importance : un zèbre et un lama soudain en liberté rappellent qu’il fait bon rester sauvage. Une petite tour enneigée et une météorite tombée du ciel offrent des bouffées de conte de fées. Et une étrange créature attend dans une grotte d’être réconfortée... De la célébration des saisons à la confiance dans la guérison, cette comédie en altitude invite à de multiples pistes, mais aussi au hors-piste...Pour interpréter ceux qui restent, déchirés entre le refus d’oublier et la nécessité de se débarrasser des fantômes, Sébastien Betbeder a trouvé un trio d’acteurs à la grâce intemporelle : Bastien Bouillon, nouvelle tête mon-tante du cinéma d’auteur, fait de la gêne un joli philtre d’amour. William Lebghil confirme qu’il peut émouvoir par son seul air éberlué. Entre eux deux s’impose Izïa Higelin, avec son corps volcanique et sa voix de roc friable, comme dans cette séquence superbe où elle confesse son rapport de dépendance aux hommes. Mais, comme tous les autres personnages du film, elle trouvera une place pour ne plus avoir peur du vide. Télérama

Prochainement