Sortie nationale

De AMANDINE FREDON, YULIYA ARONOVA, SVETLANA ANDRIANO
Animation - France/Russie - 2018 - VF - 00h47

ARIOL PREND L'AVION (ET AUTRES TETES EN L'AIR)

Ariol et ses parents vont prendre l'avion. Un drôle de vol commence, plein de chansons et de trous d'air où Ariol, plus que jamais dans les nuages, rencontre une espiègle petite copine... Ariol prend l'avion est précédé de trois courts métrages pour une thématique commune : la place rêvée des avions dans l'imaginaire des enfants. Un programme pour avoir la tête dans les nuages !

Rencontre avec Canal BD Tribulles le mercredi 17 avril à 14h et 15h

Amandine Fredon signe une adaptation fidèle de la BD créée par Emmanuel Guibert et Marc Boutavant. Au programme également : trois courts métrages d’animation russes. A partir de 4 ans. Trois courts métrages aériens et musicaux, qui démontrent l’inventivité de l’animation russe. C’est l’apéritif de ce programme concocté par le studio Folimage. Le plat de résistance ? Une fidèle adaptation d’Ariol, la bande dessinée d’Emmanuel Guibert et Marc Boutavant, qui raconte les aventures d’un ânon dans un univers animalier. Publiée dès 1999 dans le magazine J’aime lire (Bayard presse), l’œuvre a depuis été déclinée en album et en série animée. Les histoires en deux mots : Poèmes venus de Russie, les premiers films mettent en scène une mère pilote de ligne (Ma maman est un avion), un gratte-ciel (Il était une fois une maison) et un enfant ailé (Le Garçon volant). Puis, dans Ariol prend l’avion (Amandine Fredon, 2017), le petit âne bleu à lunettes s’initie aux joies d’un voyage en altitude. L’argument pour leur donner envie : Une surprise, placée en fin de programme : un court métrage bonus en forme de séance de karaoké (Ariol : Air Pop !). Le film reprend les chansons du précédent (Ariol prend l’avion), interprétées par le personnel de la compagnie aérienne : une hôtesse de l’air nommé Jane (comme Birkin) et un steward nommé Serge (comme Gainsbourg). Les trois courts russes sont également au diapason : la musique y sert idéalement la narration. Ce qu’ils vont apprendre : A l’aéroport avec Ariol, les enfants découvriront toute la procédure avant d’embarquer (enregistrement des bagages, passage sous le détecteur de métaux). Puis, une fois à bord de l’appareil, les aléas de la cohabitation avec les autres passagers. Et, surtout, les consignes de sécurité (masque à oxygène, gilet de sauvetage), exposées ici de façon ludique, à la manière d’une comédie musicale – voir la chorégraphie des voyageurs. Le court métrage qu’ils vont vraiment aimer : Identification garantie avec Le Garçon volant – tout est dans le titre –, d’Eugenia Zhirkova (2014). Ce récit d’enfance, moitié sur terre, moitié dans les airs, décolle grâce à la légèreté de la technique d’animation employée : la réalisatrice découpe des petits morceaux de feutrine, aux couleurs douces, les dispose à plat pour créer les personnages, puis leur donne vie, image par image. Télérama

Prochainement