Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg / Rétrospective "Les parasites"

De Ridley Scott avec Tom Skerritt, Sigourney Weaver, Veronica Cartwright, Harry Dean Stanton, John Hurt, Ian Holm, Yaphet Kotto, Bolaji Badejo, Helen Horton, Eddie Powell
Fantastique Science-Fiction - VOST - 1h57

Alien, le 8ème Passager

En 2122. Le Nostromo, vaisseau de commerce, fait route vers la Terre avec à son bord un équipage de sept personnes en hibernation et une cargaison de minerais. Il interrompt soudain sa course suite à la réception d'un mystérieux message provenant d'une planète inexplorée. Réveillé par l'ordinateur de bord, l'équipage se rend sur place et découvre les restes d'un gigantesque vaisseau extraterrestre dont le seul passager semble être mort dans d'étranges circonstances...

A écouter : émission Blockbusters sur France Inter : "Alien" ou la Reine Sigourney

Site du festival : http://strasbourgfestival.com

Tout commence sous la plume de Dan O’Bannon, scénariste qui tient absolument à avoir son film de science-fiction. En hommage à toutes les séries B de l’ère Corman, O’Bannon imagine un monstre qui terrorise l’équipage d’un vaisseau spatial. La Fox, tout juste remise du succès de La guerre des étoiles, veut miser à nouveau sur la science-fiction. Comme le raconte Dan O’Bannon, seul son script traînait sur un bureau, d’où un feu vert des producteurs quasi immédiat. L’arrivée sur le projet de Ridley Scott va littéralement bouleverser la donne. Ce dernier vient de se faire remarquer à Cannes avec Les duellistes. On salue à l’époque son sens graphique ainsi que ses choix artistiques ; certains le comparent même à Stanley Kubrick. A la lecture du scénario, Ridley Scott est immédiatement emballé par le sujet. Mieux encore, il entrevoit une occasion de réaliser un film de science-fiction pour adulte, où la terreur pourrait atteindre son paroxysme (sa référence est alors Massacre à la tronçonneuse). C’est lui qui "story-boarde" le film pendant trois semaines, faisant prendre conscience aux pontes de la Fox du potentiel de l’histoire. De fait, le budget double, passant de 4,2 à 8,4 millions de dollars. Une somme dérisoire qui permet toutefois de peaufiner les décors et les effets spéciaux. Parallèlement, Ridley Scott tombe sous le charme du travail de Giger, le concepteur du monstre. C’est tout le problème de la ligne artistique d’Alien qui vient de se régler. Enfin, le casting est finalisé avec l’arrivée de Sigourney Weaver dans le rôle clé de Ripley. A bord du Nostromos, Ripley et le reste de l’équipage sont confrontés à l’intrusion d’un organisme extra-terrestre, un être d’une pureté absolue, dont la perfection physique n’a d’égale que sa cruauté.... Après des mois de tournage et de post-production, le résultat dépasse toutes les espérances : Alien est une réussite sombre et magnifique, à l’image de cet "étranger" implacable. Les foules se ruent dans les salles de cinéma pour hurler d’effroi devant ce spectacle de mise à mort. Certains sortent, éprouvés par la tension, d’autres vomissent ou s’évanouissent. Dan O’Bannon, malgré les modifications survenues dans son script originel, tient enfin son classique de science-fiction. Avoir-alire

Prochainement