Logo Cinéma Bel Air
Abonnement à la newsletter
Festival Play it again !

De Katsuhiro Otomo avec Mitsuo Iwata, Nozomu Sasaki, Mami Koyama, Tesshou Genda, Hiroshi Ohtake, Kōichi Kitamura, Yuriko Fuchizaki, Masaaki Okura, Takeshi Kusao, Kazuhiro Kamifuji, Tatsuhiko Nakamura, Fukue Itô, Yuka Ôno
Animation - Japon - 1988 - VOST - 2h04

Akira

Tetsuo, un adolescent ayant vécu une enfance difficile, est la victime d'expériences visant à développer les capacités psychiques qui dorment en chacun de nous. Ainsi doté d'une puissance que lui-même ne peut imaginer, Tetsuo décide de partir en guerre contre le monde qui l'a opprimé. Dès lors, Il se retrouve au cœur d'une légende populaire qui annonce le retour prochain d'Akira, un enfant aux pouvoirs extra-ordinaires censé délivrer Tokyo du chaos...

Trente-trois ans après sa sortie, “Akira”, le film culte du japonais Katsuhiro Otomo est toujours aussi impressionnant. De la SF post-nucléaire en forme d’uppercut. Néo-Tokyo, 2019. Trente et un ans après qu’une explosion nucléaire l’a ravagé, la capitale nippone n’a pas retrouvé la paix. Dans cet enchevêtrement d’asphalte et de béton, les manifestations sont réprimées dans le sang par les forces de l’ordre et les rues sont livrées à des gangs de motards qui passent leur temps à s’affronter. Orphelin, la quinzaine hargneuse, Tetsuo est l’un d’eux, mais un soir, en voulant éviter un étrange enfant au visage de vieillard, son destin bascule… Passé inaperçu ou presque lors de sa sortie en France en 1991, Akira est pourtant une œuvre majeure. Créée par le mangaka Katsuhiro Otomo et adaptée au cinéma par ses soins, cette saga futuriste a marqué plusieurs générations, en Europe comme dans l’archipel. Si les Européens ont été bluffés par le rythme, la narration et la dynamique ébouriffante du dessin, les Nippons, eux, ont reçu Akira comme une bouffée d’air libératrice, un pavé dans le Japon ultraconformiste des années 80. Inspirée par le cinéma anglo-saxon des années 70, de Bonnie and Clyde à Mad Max en passant par Orange mécanique, cette chevauchée cyberpunk brosse le portrait d’une jeunesse avide de violence, de drogues et de sensations fortes, aux prises avec des scientifiques sans morale, des militaires décérébrés et des élites passablement corrompues. Réalisé avec un luxe de détails et, à l’époque, des moyens colossaux, ce long métrage n’a, sous la patine du temps, rien perdu de sa révolte. Télérama

Prochainement