Logo Cinéma Bel Air
Abonnement à la newsletter
Sortie nationale

De Ameen Nayfeh avec Ali Suliman, Anna Unterberger, Lana Zreik, Gassan Abbas
Drame - Palestine - 2021 - VOST - 1h37

200 mètres

Une famille palestinienne séparée par le mur de l'apartheid israélien, où le père vit du côté palestinien et où la mère et les enfants vivent du côté israélien. Un jour, l'enfant est admis à l'hôpital, à seulement 200 mètres de son père. Le père essaie de l'atteindre, mais il doit faire un voyage de 200 kilomètres...

Réussissant à allier la sensibilité du drame familial, la nervosité du thriller et une certaine légèreté de ton, Ameen Nayfeh signe un premier long prometteur. Le road movie repose sur la distance, réelle ou symbolique, qui sépare plusieurs lieux ou personnages. Mais cette distance, qui lui sert à la fois de fondement et de justification, n’est souvent que prétexte : ce n’est pas le trajet parcouru qui compte, mais la manière dont le mouvement a bouleversé celui ou celle qui en fait l’expérience. Il n’en est rien dans le film d’Ameen Nayfeh. Le voyage ne modifiera pas son protagoniste, et les 200 mètres du titre s’avèrent être le point névralgique du film. 200 mètres, c’est ce qui sépare Mustafa de sa famille. Entre les deux, un immense mur érigé au début du siècle par le gouvernement israélien pour isoler l’État hébreu de ses pays voisins, et notamment de la Cisjordanie où habite le père de famille. Le jour où son fils a un accident, Mustafa doit rejoindre un hôpital situé en Israël. Sans papiers d’identité du pays en question et ne pouvant se confronter à la lenteur de la bureaucratie vu l’urgence de la situation, Mustafa doit passer illégalement la frontière. Les 200 mètres se transforment en plusieurs centaines de kilomètres passés à l’intérieur du van de passeurs clandestins. De cette situation proprement édifiante le film ne souffre jamais, ne tombant ni dans la superficialité du film high-concept que son pitch promet, ni dans la pesanteur qu’un tel type de sujet peut porter. Ameen Nayfeh atteint un juste point d’équilibre entre le drame familial, la nervosité d’un thriller et une certaine légèreté de ton propre au road movie. Si le film prend pour point de départ un trajet intime, c’est pour mieux dépeindre en arrière-plan, avec une colère calme mais qui n’abdique pas, l’injustice et les identités bafouées par une telle condition géopolitique. Les Inrocks

Prochainement